Au tribunal de mon père

Sublime !

L’auteur : Né près de Varsovie en 1904 et mort à Miami en 1991, Isaac Bashevis Singer a écrit en yiddish plus de quarante romans, recueils de nouvelles, souvenirs et contes pour enfants, couronnés par le prix Nobel de littérature en 1978.

Le tribunal de mon pere

  • Le résumé de Daniel Telliez : Il existe en ce monde certains individus très étranges dont les pensées sont encore plus étranges qu’eux. Dans notre maison de Varsovie, au 10, rue Krochmalna, vivait un couple âgé. C’étaient des gens simples. Lui devait être artisan, ou peut-être colporteur. Ils avaient déjà marié tous leurs enfants. Mais les voisins racontaient que, malgré leur âge avancé, ces deux-là étaient toujours amoureux l’un de l’autre… Or soudain, une rumeur se mit à circuler qui scandalisa tout le monde : les deux vieillards allaient divorcer ! La rue Krochmalna était sens dessus dessous… Isaac Bashevis Singer nous raconte ici ses souvenirs d’enfance dans la Varsovie juive d’autrefois. Son père, rabbin, était juge et arbitre des petits et grands problèmes qui se posaient quotidiennement au sein de la communauté. Tout se passait dans le minuscule appartement des Singer, entre le bureau encombré de livres et la cuisine où règnait Bathsheba, la mère au regard perçant et au solide bon sens. À n’importe quel moment on entrait pour discuter, se plaindre, crier, pleurer, demander conseil ou simplement bavarder un peu. Dans l’embrasure de la porte, un petit garçon écoutait avec passion, ignorant que ce qu’il entendait deviendrait la matière même d’une des plus grandes œuvres littéraires du XXe siècle. Au tribunal de mon père, enfin réédité, nous en donne toutes les clés et en contient les racines les plus profondes.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Magnifique ! Le tribunal de mon père est un mélange de tribunal religieux, mais aussi de synagogue ou de cabinet de psychanalyse où les gens viennent se confier.
    Les personnages sont colorés, attendrissants, souvent drôle, mais tellement réels. Les tranches de vie rapportées par l’auteur suscitent tantôt le rire, tantôt l’attendrissement, l’émotion, parfois tout en même temps. Il s’agit de l’histoire de gens simples, plutôt pieux en général, attachés à leur culture et qui ne demandent qu’à vivre paisiblement dans le respect de la Thora, ce qui ne se fait pas sans difficultés compte tenu des contradictions humaines et des problèmes cornéliens qui surviennent au quotidien …Ce livre sert aussi de mémoire, de monument littéraire à tous ceux qui sont mort en martyrs pendant la deuxième guerre mondiale.Un petit bijou de finesse, d’humanisme et d’humour. Un réel plaisir
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s