Appels téléphoniques

appels-telephoniques

  • Le résumé de Daniel Telliez : Un vieil écrivain argentin exilé en Espagne, rongé par la disparition de son fils, survit à force de concours littéraires.
    Une ancienne star du porno, agonisante dans une clinique de Nîmes se souvient de son amour pour Jack, atteint du sida. Un adolescent un peu marginal rencontre à Mexico un homme énigmatique, qui pourrait être un tueur, et se lie d’amitié avec lui. Un engagé espagnol, envoyé sur le front russe lors de la Seconde Guerre mondiale, se fait capturer par les partisans et, sous la torture, découvre que l’art sauve. Un écrivain sans talent, que tout semblait destiner à la collaboration, sauve de la déportation des hommes de lettres qui l’ignorent. En quatorze récits, fragments de biographies, d’autobiographie ou d’auto-fiction, Roberto Bolano compose un puzzle drôle et émouvant où nous est rappelé le caractère énigmatique de la condition humaine.
  • L’auteur : Roberto Bolaño est un poète et romancier chilien.Après avoir vécu au Mexique (depuis 1968) il retourne dans son pays d’origine au moment du coup d’État d’Augusto Pinochet (en 1973). Il y sera brièvement incarcéré. Revenu au Mexique en 1974, il fonde « l’infraréalisme », groupe littéraire d’avant-garde héritier de Dada et de la Beat Generation, entre autres.Vers la fin des années 70, il s’installe à Blanès, un village situé près de Barcelone, avec son épouse catalane et ses enfants, et exerce divers métiers, tels que vendeur de bijoux ou veilleur de nuit dans un camping. Il faut attendre le milieu des années 90 pour que son œuvre soit reconnue et qu’il soit perçu comme l’une des figures les plus importantes de la littérature hispano-américaine. « Héritier hétérodoxe de Borges, de Cortazar, de Artl, d’Onetti, à la fois poète et romancier, il saisit à bras le corps la littérature et l’histoire de sa génération, et est passé maître du brassage des registres, situations et personnages. » (Christian Bourgois). Il a reçu en 1997 le prix le plus important de son pays, le Prix Herralde en 1998, et le Prix Romulo Gallegos, le plus prestigieux d’Amérique latine, en 1999. Malade, il attendait une greffe du foie quand il est mort à Barcelone en 2003.
  • Ce que Daniel Telliez en pense :  14 nouvelles plutôt mélancoliques évoquant le sexe, les amours qui finissent, la prison, la folie, difficulté d’écrire…Ce recueil de Roberto Bolano, entre Chili et Espagne recèle des petits bijoux. La nouvelle  Enrique Martin est dédiée à Enrique Vila-Matas, mais c’est la nouvelle intitulée « Une aventure littéraire » qui m’a enthousiasmé. Cette nouvelle relate la relation entre deux écrivains. Un recueil émouvant sur les détours de la vie et de l’esprit. Les nouvelles de BOLAÑO sont souvent bizarres, parfois stupéfiantes, toujours touchantes. A lire.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s