Archives pour la catégorie Daniel Telliez a moins aimé

Numéro zéro

Un peu déçu…

numero-zero

  • Le résumé de Daniel Telliez : En 1992, à Milan, six journalistes sont embauchés pour créer un nouveau quotidien qu’on leur promet dédié à la recherche de la vérité. Ils fouillent dans le passé pour composer leur « numéro zéro », et c’est le présent qui leur saute au visage… « L’ombre de Mussolini, donné pour mort, domine tous les événements italiens depuis 1945 » : est-ce là le délire d’un journaliste d’investigation paranoïaque ? Alors, pourquoi le retrouve-t-on assassiné ? Attentats, tentatives de coup d’État, empoisonnements, complots, stratégie de la manipulation, de la désinformation et de la tension : quand tout est vrai, où est le faux ? Umberto Eco nous offre ici la tragédie burlesque de notre temps.
  • L’auteur : Né dans le Piémont en 1932, titulaire de la chaire de sémiotique de l’université de Bologne, Umberto Eco a enseigné à Paris au Collège de France ainsi qu’à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il est l’auteur de six romans parmi lesquels le célèbre Nom de la Rose et de nombreux essais, dont Comment voyager avec un saumon et À reculons comme une écrevisse.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Le script s’annonçait alléchant, bien dans la foulée de ce que le maestro nous avait proposé par le passé. Malheureusement, le récit s’enfonce dans les poncifs.Cet ouvrage est très loin d’être le meilleur d’Umberto Eco. Plaisant à lire, mais l’aspect volontairement absurde est au fond assez peu convaincant. J’ai abordé ce roman comme une satire des médias, notamment de la presse écrite.
    L’auteur nous livre une critique ironique et plutôt désabusée de la presse, à travers une poignée de journalistes tocards qui ne fabriquent pas vraiment un journal mais seulement « un numéro zéro ». Pas spécialement séduit mais l’écriture est dynamique et le sujet fait réfléchir sur nos médias.